Du Taillefer à l'Obiou

A la frontière entre l'Oisans et la Matheysine, le Taillefer.

En bordure de Matheysine, mais situé dans le massif du Dévoluy, l'Obiou.

Ces deux sommets offrent chacun un panorama exceptionnel du plateau matheysin, des vallées du Drac et du Valbonnais.

Taillefer printemps
©Capucine Girard
©Capucine Girard

©Capucine Girard

Au nord, le Taillefer, une histoire de cailloux…

Pour commencer il faut savoir que le Taillefer tire son nom du métal qui teinte de rouge une grande partie des roches qui le compose. D’ailleurs on a un peu l'impression de n'être que sur un tas de roche ferrugineuse lors du cheminement de la randonnée jusqu’au sommet. C’est pourquoi une mine de plomb, anciennement exploitée, a donné son nom au « Pas de la Mine » qui vous permettra d’atteindre l'arête du Sergent Pinelli, et ensuite le sommet.

Un peu de géographie maintenant. Le Taillefer est le point culminant du massif qui porte son nom, situé au sud-est de Grenoble. La belle vallée de la Romanche sépare la cime des chaînes de Belledonne et des Grandes Rousses.

Pour la petite histoire, une statue de Saint Éloi, patron des forgerons, a été installée au sommet en 1998. Les 110 kilos de l'édifice, fabriqués à partir d'anciens blindages de chars, ont été portés à tour de rôle par quatre militaires.

En été comme en hiver, le Taillefer est faisable via de nombreux itinéraires à pied comme à skis. Ne perdez pas à l’esprit que c'est un sommet relativement facile d'accès, mais qui se mérite quand même. Effectivement, il faut avoir une bonne stabilité de  chevilles pour arriver au bout de cette longue mais néanmoins très belle randonnée sur ce sommet "incontournable" de la Région Grenobloise. Et au sommet comme belle récompense, une vue à couper le souffle vous attend sur les massifs des Grandes Rousses, de l’Oisans, de Belledonne, de la Chartreuse et du Vercors avec, au loin le mythique Mont Blanc.

Si la chance est avec vous, vous pourrez voir lors de votre randonnée des marmottes, des chamois, et peut-être quelques lagopèdes.

 

 

 

Au sud, l’Obiou dans toute sa splendeur…

D’abord un petit peu de géographie. La Grande Tête de l’Obiou, ou plus habituellement appelé l’Obiou, c’est la frontière entre le Trièves et le Dévoluy. Du haut de ses 2789 m d’altitude, il domine la petite ville de Corps et le lac du Sautet. Situé à peu près à égale distance de Grenoble et de Gap, cette magnifique montagne ne passe pas inaperçue et s’impose dans le paysage. Il attire incontestablement le regard, et rien qu’en le voyant, le randonneur n’a plus qu’une seule et unique envie : partir faire son ascension et atteindre le sommet où le 360 degrés doit certainement être à couper le souffle…

Sinon l'Obiou c’est aussi le point culminant du Dévoluy, et certainement l'une des plus belles montagnes du Dauphiné et même des Alpes. On est littéralement fasciné lorsqu’on gravit cette majestueuse montagne. Le départ est d’abord paisible à travers de beaux alpages qui s’élèvent au-dessus du col des Faïsses. Puis on arrive dans la Combe du Petit Obiou où on ressent ce paysage qui devient écrasant. Et là droit devant vous, se trouvent les impressionnantes falaises verticales du Petit Obiou. Entre les deux, un cirque de pierre gris, en forme d’entonnoir, surmonté d’une barre rocheuse. Si vous avez envie de faire une pause originale, la Grotte du Petit Obiou se présente à vous non loin du chemin de montée. Sur cette partie-là de l’itinéraire l’esprit de l’Obiou commence à se faire sentir, lorsqu’on se retrouve à flanc de rochers. Pour atteindre le sommet il faut faire preuve d’endurance et avoir le “pied montagnard”. Mais une fois arrivé au sommet c’est une vue extraordinaire qui vous attend. Une très belle récompense après cette dantesque ascension !

Mais ne l’oubliez pas, même si l’itinéraire est balisé, le sentier reste néanmoins délicat et exposé, et est réservé uniquement aux montagnards aguerris par une belle météo.

 

 

 

Obiou Col de la Sambue
Pierrier de montée Obiou